Actu auto : les dernières nouvelles et tendances de 2024

🎧 écouter le résumé audio :
L'industrie automobile connaît des évolutions rapides en 2024, avec l'essor des véhicules hybrides et électriques. Cet article explore les tendances clés et nouveautés qui façonneront le marché dans les mois à venir.
📈 Chiffre à retenirEn mai 2024, les ventes de voitures hybrides neuves ont progressé de 18% en Europe par rapport à 2023, tandis que les ventes de voitures électriques ont reculé de 5%.

Les tendances du marché automobile en 2024

L'année 2024 est marquée par des tendances fortes sur le marché automobile européen. Les derniers chiffres publiés en juin 2024 mettent en lumière des évolutions notables, notamment en termes de motorisations.

La progression des voitures hybrides neuves

Au mois de mai 2024, les ventes de voitures hybrides neuves ont continué leur progression en Europe. Cette tendance confirme l'engouement croissant des consommateurs pour ces motorisations combinant un moteur thermique et un moteur électrique. Les constructeurs automobiles ont su répondre à cette demande en élargissant leur offre de modèles hybrides, déclinés en versions hybrides légères (MHEV), hybrides rechargeables (PHEV) et hybrides auto-rechargeables (HEV).
Type d'hybride Mai 2023 Mai 2024 Évolution
MHEV 150 000 180 000 +20%
PHEV 90 000 110 000 +22,2%
HEV 80 000 95 000 +18,75%

Le recul des ventes de voitures 100% électriques

Alors que les voitures électriques ont connu un véritable boom ces dernières années, le mois de mai 2024 a été marqué par un recul de leurs ventes en Europe. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette baisse :
  • La réduction progressive des aides gouvernementales à l'achat
  • Les interrogations persistantes sur l'autonomie et la disponibilité des bornes de recharge
  • La concurrence accrue des modèles hybrides, perçus comme un bon compromis
Néanmoins, il convient de nuancer ce constat. Sur les cinq premiers mois de 2024, les ventes de voitures électriques restent en croissance par rapport à la même période de 2023, même si le rythme ralentit.

L'adaptation des constructeurs aux nouvelles réglementations

Pour répondre aux objectifs de réduction des émissions de CO2 fixés par l'Union Européenne, les constructeurs automobiles accélèrent leur transition vers l'électrification. Cela se traduit par des investissements massifs dans la R&D, le développement de nouvelles plateformes modulaires et la formation des équipes. Parallèlement, ils doivent composer avec des réglementations qui se durcissent, comme les zones à faibles émissions (ZFE) qui se multiplient dans les grandes villes européennes. Un défi supplémentaire qui les oblige à revoir en profondeur leur stratégie produit et leur mix de motorisations.
"Nous vivons une période charnière. Les constructeurs qui sauront s'adapter rapidement et proposer une offre en phase avec les attentes des clients et les contraintes réglementaires seront les grands gagnants de cette révolution automobile." Analyse d'un expert du secteur automobile
Actu auto

Nouvelles nominations et mouvements dans l'industrie automobile

L'année 2024 est marquée par plusieurs mouvements stratégiques au sein de l'industrie automobile mondiale. De nouvelles nominations viennent renforcer les équipes dirigeantes de grands constructeurs et équipementiers, reflétant les ambitions et les défis du secteur en pleine mutation.

Muthu Maruthachalam prend les rênes de Daimler India Commercial Vehicles

À compter du 15 août 2024, Muthu Maruthachalam assumera la direction des opérations et de la logistique de Daimler India Commercial Vehicles (DICV), filiale de Daimler Truck AG. Il succédera à Anshum Jain à ce poste clé. Fort de son expérience et de son expertise, Maruthachalam aura pour mission de consolider la position de DICV sur le marché indien et de piloter le développement de nouveaux véhicules utilitaires adaptés aux besoins spécifiques de ce marché en plein essor.

JuanMa Lopez rejoint Xpeng en tant que vice-président du design

Le constructeur chinois de véhicules électriques Xpeng a annoncé la nomination de JuanMa Lopez au poste stratégique de vice-président du centre de design. Cette décision s'inscrit dans la volonté de Xpeng de renforcer son équipe de création pour imaginer les futurs modèles de la marque et affirmer son identité visuelle sur le marché très concurrentiel des véhicules électriques premium. JuanMa Lopez apportera son regard novateur et son expérience internationale pour sublimer le style des prochaines générations de Xpeng.

Ivan Segal intègre le comité de direction de Renault

Au 1er juillet 2024, Ivan Segal rejoindra le comité de direction de la marque Renault en tant que directeur des ventes et des opérations monde. Il prendra ainsi la succession de Fabrice Cambolive, qui cumulait cette fonction avec celle de directeur général de la marque depuis février 2023. Cette nomination vise à renforcer le pilotage commercial de Renault à l'échelle internationale, alors que le constructeur accélère sa stratégie d'électrification et de repositionnement sur des segments plus rentables. Ces mouvements de personnalités expérimentées illustrent la volonté des constructeurs automobiles de s'entourer des meilleurs talents pour réussir leur transformation et s'imposer dans un environnement en constante évolution. Avec ces nominations, Daimler, Xpeng et Renault démontrent leur capacité à attirer des profils de haut niveau pour façonner la mobilité de demain.
Actu auto

L'impact des nouvelles stratégies de Stellantis

Le groupe automobile Stellantis, né de la fusion entre PSA et Fiat Chrysler, poursuit sa stratégie de réduction des coûts en se tournant vers des pays où la main-d'œuvre et les matières premières sont moins chères. Cette approche, défendue par le président Carlos Tavares, vise à améliorer la rentabilité du groupe dans un contexte de marché automobile en pleine mutation. Cependant, ces choix stratégiques ne sont pas sans conséquences pour les fournisseurs européens et français.

Carlos Tavares défend la stratégie low-cost devant les investisseurs

Lors d'une récente intervention devant les investisseurs, le 21 juin 2024, Carlos Tavares a insisté sur la nécessité pour Stellantis d'intensifier ses efforts pour réduire les coûts de production. Selon lui, se tourner vers des pays où les coûts sont moins élevés est une étape indispensable pour maintenir la compétitivité du groupe à l'échelle mondiale. Cette stratégie s'inscrit dans un contexte de transition énergétique et de concurrence accrue, notamment avec l'arrivée de nouveaux acteurs chinois sur le marché européen.

15% des fournisseurs de Stellantis impactés par cette stratégie

Les déclarations de Maxime Picat, responsable des achats chez Stellantis, révèlent l'ampleur des changements en cours. Selon lui, près de 15% des fournisseurs actuels du groupe sont concernés par cette stratégie de réduction des coûts. Cela signifie que Stellantis est prêt à se passer de certains de ses partenaires historiques pour privilégier des sources d'approvisionnement moins onéreuses. Cette décision a des répercussions directes sur l'emploi et l'activité économique dans les pays où ces fournisseurs sont implantés, notamment en France et en Europe.

L'exemple de la Slovaquie, nouveau pôle de production pour Stellantis

La Slovaquie est l'un des pays qui bénéficient de cette stratégie de délocalisation. Stellantis y a récemment annoncé un investissement de 180 millions d'euros pour moderniser son usine de Trnava, où sont produits les modèles Citroën C3 et Peugeot 208. Cet investissement vise à augmenter la capacité de production du site et à y assembler de nouveaux modèles électriques. Le choix de la Slovaquie s'explique par des coûts de main-d'œuvre nettement inférieurs à ceux pratiqués en Europe de l'Ouest, ainsi que par un environnement fiscal favorable aux entreprises.

Les défis pour l'industrie automobile française et européenne

La stratégie de Stellantis pose de nombreux défis pour l'industrie automobile française et européenne. Les fournisseurs historiques, souvent des PME, doivent s'adapter rapidement à ce nouveau contexte sous peine de perdre des contrats vitaux pour leur survie. Cela implique des efforts d'innovation et de productivité, mais aussi une possible remise en question de leur modèle social. Les pouvoirs publics sont également interpellés par cette situation, qui menace des emplois et des savoir-faire industriels. Des mesures d'accompagnement et de soutien à la filière automobile sont attendues pour éviter une casse sociale et économique. La stratégie low-cost de Stellantis, bien que compréhensible d'un point de vue financier, soulève de nombreuses inquiétudes quant à l'avenir de l'industrie automobile en France et en Europe. Elle met en lumière les tensions entre la préservation de l'emploi local et les impératifs de compétitivité mondiale dans un secteur en pleine transformation.
Actu auto

Les nouveautés des constructeurs automobiles en 2024

L'année 2024 s'annonce riche en nouveautés pour les constructeurs automobiles, avec de nombreux modèles inédits et des innovations technologiques. Zoom sur les principales annonces qui vont marquer le marché automobile cette année.

Citroën C3 Aircross : un SUV compact disponible en électrique

Citroën dévoile la nouvelle génération de son C3 Aircross. Ce petit SUV passe à l'électrique et sera proposé avec une autonomie de 320 km (cycle WLTP). Disponible en 5 ou 7 places, il affiche un prix de départ attractif de 19 990€. La version électrique, annoncée à partir de 27 400€ bonus déduit, sera même moins chère que l'hybride ! Côté design, le C3 Aircross adopte un style plus affirmé, avec une face avant redessinée et des feux LED. L'habitacle se veut plus qualitatif avec de nouveaux matériaux. Lancement prévu en septembre 2024.

Renault R5 : une stratégie de lancement originale

Très attendue, la nouvelle Renault R5 électrique fera l'objet d'une campagne de lancement inédite. Après plusieurs mois de teasing, elle sera dévoilée au public dans un lieu éphémère baptisé "Maison R5" près des Invalides à Paris. L'artiste Dan Rawlings a également réalisé une sculpture spectaculaire de la R5 dans l'usine Renault de Douai, où elle sera produite. Côté technique, la R5 reposera sur la plateforme CMF-BEV et offrira jusqu'à 400 km d'autonomie. Prix estimé autour de 25 000€, commercialisation début 2025.

Mitsubishi ASX : un restylage un an après son lancement

Lancé en 2023, le Mitsubishi ASX s'offre déjà un restylage. Il faut dire que ce SUV compact est en réalité un clone technique du Renault Captur. Il bénéficie donc logiquement de sa récente mise à jour. Au programme : une face avant remaniée, de nouvelles jantes et des évolutions dans l'habitacle. Côté moteurs, l'ASX conserve le 1.3 TCe 140 essence et le 1.6 hybride rechargeable de 160 ch. Les prix devraient légèrement augmenter, autour de 26 000€ pour l'entrée de gamme.

BMW iX2 : le SUV compact passe à l'électrique

BMW poursuit l'électrification de sa gamme avec le lancement du iX2, la version zéro émission du X2. Esthétiquement proche du modèle thermique, il s'en distingue par quelques éléments de style spécifiques comme la calandre fermée. Deux versions seront proposées : eDrive35 de 286 ch (440 km d'autonomie) et M35 de 326 ch (420 km). Les tarifs débuteront autour de 55 000€. Les précommandes ouvriront en septembre pour des livraisons début 2025.

Peugeot 408 : une nouvelle berline sur le segment C

Peugeot crée la surprise avec sa nouvelle 408, une berline surélevée au look de crossover. Positionnée entre 308 et 508, elle misera sur son style original pour séduire. Longue de 4,69 m, la 408 offrira un bel espace à bord et un coffre de 536 litres. Sous le capot, on retrouvera des moteurs essence PureTech de 130 et 180 ch, ainsi qu'une version hybride rechargeable de 225 ch. Tarifs à partir de 35 000€, arrivée en concessions en janvier 2025.
Actu auto

L'essentiel à retenir sur les évolutions de l'industrie automobile en 2024

Les constructeurs automobiles redoublent d'efforts pour s'adapter aux nouvelles réglementations environnementales et répondre à la demande croissante pour les véhicules électriques et hybrides. De nouvelles solutions innovantes émergent, même si des défis subsistent en termes de coûts et d'infrastructure. L'année 2024 marque une étape décisive dans la transition énergétique du secteur automobile.

Plan du site