5 choses à savoir avant d’acheter une voiture à l’étranger

Les voitures à l’étranger sont pour la plupart fournies à des prix très abordables. Cependant, l’achat d’une voiture hors de ses frontières n’est pas chose aisée. Pour les pays de l’Union, il n’y a pas de démarches d’impôts à effectuer, mais les formalités varient en fonction du type de voiture. Les explications ci-dessous vous éclaireront davantage.

1. Les différents types de voitures

Il existe deux types de véhicules. Les voitures neuves et les voitures d’occasion. Avant de procéder à l’achat de votre auto et d’éventuellement solliciter les services d’un transporteur de voiture, il faudrait vous renseigner sur le type de voiture. Les véhicules d’occasion sont ceux qui ont déjà été utilisés pendant au moins six mois et ayant parcouru plus de 6 000 km. Dans le cas contraire, il s’agit bel et bien d’une voiture neuve. Il est donc important d’analyser cet aspect avec précision tout en évitant la précipitation.

2. Les conditions à remplir pour acquérir une voiture à l’étranger

L’achat des véhicules neufs implique le paiement de la TVA. Elle doit surtout être payée 15 jours après la livraison de son auto. Elle doit se faire auprès de la recette des impôts du domicile de l’acheteur. L’acheteur recevra ensuite un acte d’acquisition pour un véhicule terrestre à moteur en provenance de l’UE qu’il devra utiliser comme quittance fiscale et pour l’immatriculation de sa caisse. De plus, le vendeur doit transférer un certain nombre de documents à l’acheteur. Il s’agit notamment du certificat de conformité communautaire, des conditions de garantie et de services après vente et d’une facture. L’acheteur doit ensuite procéder à l’immatriculation de sa voiture un mois après l’avoir reçu. Cette étape se fait précisément en ligne.

Pour les voitures d’occasion, le processus diffère. Primo elles ne nécessitent nullement le paiement d’une TVA lorsqu’il s’agit d’un particulier. Cependant, l’acheteur doit demander à la recette d’impôts de son domicile, un certificat fiscal d’exonération. S’il s’agit d’un vendeur professionnel, la TVA devient obligatoire. Ces formalités sont nécessaires pour le bon déroulement de l’achat. L’étape suivante consiste à passer à l’immatriculation de son auto 1 mois après la livraison.

3. Les mesures de protection pour le rapatriement du véhicule

Une voiture non immatriculée n’est pas en mesure de rouler. Cependant, si vous achetez vos voitures dans certains pays comme la Belgique et l’Allemagne, vous recevrez une plaque d’immatriculation temporaire. Elle vous permet d’être couvert durant une semaine voire un mois. Si le véhicule en question n’a pas été radié, vous pouvez demander au vendeur d’allonger la radiation. La voiture arrivée à destination, l’acquéreur devra se procurer un certificat d’immatriculation provisoire auprès d’une préfecture. Celle-ci peut aussi délivrer une note de couverture pour l’attestation et l’assurance. Ce document prouve l’existence d’une garantie en cas d’accident. Dans ce dernier cas, il reste très avantageux de maîtriser la langue d’origine pour être prêt à faire transporter le véhicule en cas d’imprévu. Cela n’est possible que s’il s’agit bel et bien d’une voiture de l’Union européenne.

4. Les moyens pour récupérer votre voiture

En premier lieu, il est important de passer par un mandataire pour le convoyage de votre voiture. Cela vous permet de gagner du temps et d’éviter les dépenses inutiles. Dès que la voiture est sur votre territoire, le moyen le plus facile pour l’amener à votre domicile est la remorque. Vous pouvez alors contacter des agences spécialisées dans ce domaine. Le transport de voiture par camion est le plus approprié. Avec ce moyen, votre engin est protégé des intempéries du temps. Vous recevrez votre voiture en bon état et le plus rapidement possible. Cependant, si vous ne désirez pas utiliser ce moyen de transport de véhicules, vous pouvez retirer vous-même votre voiture. Toutefois, il est important de disposer au préalable d’une plaque d’immatriculation temporaire ou provisoire.

5. Le contrôle minutieux du véhicule

Que votre véhicule soit neuf ou de seconde main, le plus important reste de l’inspecter soigneusement. Pour commencer, il importe de vérifier la carrosserie, les pneus ainsi que les éventuelles fuites ou rayures. Ensuite, vous passerez au contrôle intérieur de la voiture. Les éléments à prendre en compte sont la clim, les vitres électroniques, l’état des sièges. Il est tout aussi nécessaire de tester les freins, la marche arrière et le fonctionnement de l’embrayage. Il faudra également voir si les papiers de la voiture correspondent à ce que vous avez en face de vous. Assurez-vous que la plaque et le kilométrage sont conformes. Un essai de quelques kilomètres sur une route ou une autoroute est très pratique.

Adressez-vous ensuite à un garage pour qu’ils puissent aussi inspecter votre voiture. Retenez que si votre véhicule provient de la Grande-Bretagne, vous devrez immédiatement changer de phares pour permettre l’éclairage du bon côté de la chaussée. Concernant les voitures hors de l’Europe, vous serez obligés de démonter les disques de freins. Si vous ne vous sentez pas capables d’accomplir cette tâche, contactez un mécanicien. Celui-ci sera plus apte à mieux analyser votre caisse.