Quelle batterie choisir pour votre vélo à assistance électrique ?

Se déplacer à vélo permet de rester en forme et de préserver l’environnement. Toutefois, cela demande beaucoup de force physique et vous pouvez arriver essoufflé au travail. Alors, pourquoi ne pas opter pour un vélo à assistance électrique ? Vous bénéficiez toujours des bienfaits du pédalage sans avoir à fournir trop d’efforts. Comment choisir votre vélo en fonction de sa batterie ?

Quels sont les composants d’une batterie ?

Avant de trancher la question sur quel type de batterie choisir pour votre vélo à assistance électrique, vous devez d’abord en comprendre le fonctionnement. Notez qu’une batterie comporte un boîtier, des cellules, un câblage et une carte mère. Le boîtier est le contenant que vous voyez à l’extérieur. Il est généralement fabriqué en un assemblage résineux plus résistant au choc. Le boîtier doit être scellé pour la sécurité de la batterie. Les cellules sont des accumulateurs qui font office de réserves d’énergie. Elles sont assemblées entre elles grâce au câblage. La carte mère héberge la programmation du vélo électrique. C’est le cerveau de l’appareil qui sert à rétribuer l’assistance en fonction de l’utilisation du vélo. Enfin, vous devez analyser les technologies d’accumulateurs qui conviennent à vos besoins. En général, on trouve une batterie au lithium, au plomb et au nickel. Découvrez sur www.velobatterie.fr les technologies les plus répandues et les plus performantes sur le marché.

Pour quel type de batterie opter ?

La technologie la plus prisée est le lithium, car elle offre les meilleures performances. Cette batterie permet de gravir facilement les côtes de plus de 10%. Elle est légère et offre une autonomie allant de 50 à 60 km. Comme elle ne pèse que 3 kg, vous pouvez emporter facilement votre vélo dans les transports en commun. De plus, vous pouvez l’emporter sans encombre à la maison pour la charger. Si vous utilisez fréquemment votre vélo, c’est la batterie qu’il vous faut, puisqu’elle a une grande longévité. Même s’il est un peu cher, vous pouvez amortir rapidement son coût grâce au bonus écologique. Il faut noter que ce bonus n’est accordé qu’au kit vélo électrique sans batterie en plomb. Par contre, si vous utilisez votre vélo de façon occasionnelle, il est inutile d’investir dans une batterie trop chère. La batterie au plomb sera la meilleure alternative. Certes, elle est plus lourde et offre une autonomie faible, mais vous n’aurez pas le temps d’amortir votre batterie au lithium. Enfin, il y a les batteries au nickel qui sont très chères sans offrir les mêmes performances que le lithium. Par ailleurs, vous devez évaluer la commodité de la batterie, puisqu’il est toujours plus agréable de se déplacer avec un vélo pratique. Cela dépend avant tout de son poids qui est grandement influencé par celui de la batterie. Plus la batterie est légère, plus facile à conduire est le vélo. Toutefois, le poids d’une batterie ne peut pas descendre à moins de 2,5 kg compte tenu de ses composants. Le cas échéant, cela peut affecter son autonomie. Ensuite, il faut étudier le positionnement de la batterie de vélo. Il dépend du type de vélo. La batterie est installée au porte-bagage pour les vélos de ville. Elle est placée à l’intérieur du cadre pour les vélos à cadre triangulaire de type VTC et VTT. Cette position permet de garantir un meilleur équilibre pour le vélo.

Quelle autonomie choisir pour votre batterie ?

Il faut préciser que l’autonomie indiquée par les fabricants est toujours à titre indicatif. L’autonomie d’une batterie de vélo électrique dépend de son utilisation et bien d’autres paramètres. De manière générale, elle est définie par la capacité et la qualité des cellules, la puissance de la motorisation, l’état du vélo, la température ambiante et la fréquence et l’intensité de l’utilisation. Notez que plus un vélo est puissant, plus il consomme de l’énergie. L’autonomie régresse alors quand la puissance grimpe. La charge supportée influence également l’autonomie. Un cycliste de 70 kg consomme plus d’énergie qu’un autre de 50 kg. Puis, l’énergie consommée par la batterie varie du fait que vous roulez sur un terrain plat, accidenté ou en pente. En outre, un élément de mauvaise qualité entraîne une surconsommation d’énergie comme un pneu mal gonflé. Enfin, vous devez rouler à une température entre 15 et 25°. Au-delà de ces températures (trop chaudes ou trop froides) et au fur et à mesure que cette différence est importante, l’autonomie du vélo se voit régresser. Dès que vous constatez une défaillance dans le système, pensez à la réparation de batteries de votre vélo pour en optimiser l’autonomie.