Comment sortir un véhicule de la fourrière à Bordeaux

Apparemment, il se trouve qu’un véhicule donné a fait l’objet d’une contravention émanant d’une autorité routière, qui ordonne une décision de mise en fourrière suite à un stationnement dans une zone frappée d’une interdiction de parking. En principe, pour récupérer la voiture en question, il faudra en toute logique, respecter un certain nombre de règles de procédure administrative.

Différentes pièces inhérentes au papier de la voiture sont nécessaire pour la faire sortir de la fourrière.

En pratique, pour récupérer le véhicule en fourrière, il faut être en mesure de fournir la carte grise ou un certificat d’immatriculation de la voiture, munie de l’attestation d’assurance, le permis de conduire du conducteur ainsi que sa carte d’identité. Dans le cas où le véhicule ne vous appartient pas, il est obligatoire de présenter aux responsables une pièces d’identité de son propriétaire avec une lettre de procuration manuscrite. Ces divers documents sont exigibles pour faire la requête de la libération du matériel roulant. Et une fois que les documents cités auparavant sont tous disponibles, vous devez maintenant temps de passer au bureau de la préfecture de police ou au service de la gendarmerie le plus proche. N’attendez pas le délai imparti de trois jours pour régler les frais d’immobilisation matérielle, se rapportant à la fourrière Bordeaux. Dans le cas contraire, vous devrez prévoir le paiement des autres frais en supplément tels que du coût des opérations préparatoires de l’enlèvement, et des frais de garde journalière de mis en fourrière. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Une demande de sortie déposée tardivement engendre le paiement des frais d’expertise.

Toutefois, dans le cas où la demande de sortie a été déposée en excédant le délai autorisé après la date de l’enlèvement, le paiement des frais d’expertise est encore serait exigé. Par la suite, dès que toutes les formalités requises ont été remplies convenablement, un ordre de sortie doit être établi pour le gardien de la fourrière, pour libérer la voiture. Toutefois, il est intéressant de savoir qu’après 45 jours de détention en fourrière Bordeaux, il ne sera plus possible de récupérer la voiture. Après ce délai, des ordres de destruction ou de vente aux enchères peuvent être émis par les services des Domaines. Malgré tout, si la valeur de la voiture est inférieure à 765 euros, un délai maximum de 10 jours après la date du récépissé de la mise en fourrière est accordé pour la régularisation des dossiers y afférents. Généralement, il vaut mieux de ne pas tarder à récupérer une voiture à la fourrière du fait que, parfois, l’accusé correspondant ne parvient à destination que plusieurs jours après, pouvant alors dépasser le délai prescrit.

Instructions à suivre pour un cas de mise en fourrière à Bordeaux

En effet, la réalisation de la mise en fourrière est surtout effectuée dans le but d’infliger des sanctions à tous les conducteurs qui entreprennent des stationnements gênants pour empêcher la fluidité de la circulation. Toutefois, dès que vous constatez que votre véhicule a été enlevée pour être mise en fourrière, et que tous les papiers de la voiture se trouvent entre vos mains, vous pouvez vous adresser directement à l’hôtel de police sis au 23, rue François de Sourds à Bordeaux pour l’obtention d’un ordre de sortie. Une fois que ce document est obtenu, il faut par la suite se rendre au parc de stationnement Front Médoc pour prendre livraison du véhicule avec la contravention s’y rapportant. Et dans le cas où les papiers se trouvent dans la voiture enlevée, il faut tout de même passer au stationnement Front du Médoc, face au bureau de la préfecture à Bordeaux avant d’aller à l’hôtel de police.

Une brigade de stationnement payant a été constituée à Bordeaux

Afin de servir efficacement l’intérêt des usagers, une brigade spéciale de la police municipale de Bordeaux a été constituée pour se charger de la supervision des voitures en stationnement dans le parking payant de la ville. Et depuis l’année 2018, la police municipale à décidé l’usage des caméras individuels pour chacun des agents au cours de leur intervention pour permettre de suivre attentivement leur mouvement, ainsi que leur comportement envers leur éventuel interlocuteur dans leur action de contrôle et de surveillance. Outre cette mission spécifique, l’instance supérieure de la police municipale de Bordeaux a instauré pas mal de plans d’action dans le but d’accroître leur champ d’observation en multipliant le nombre des postes de contrôle. Une politique de proximité a été mise en œuvre pour une meilleure sécurisation de l’ensemble de la circonscription territoriale. Un renforcement des effectifs des équipes en mission de patrouille répond efficacement aux attentes de nombreux résidents des quartiers de la ville, et ce, toujours dans l’objectif de pouvoir sectoriser les services en charge de la sécurité publique, pour déboucher à une polyvalence des missions de la police municipale.